HIP-HOP US & FR & INTERNATIONAL


 
AccueilS'enregistrerConnexionMembresGroupesCalendrierPortailFAQ

Partagez | 
 

 Lunatic, Booba (2010)

Aller en bas 
AuteurMessage
WestCoastMVP
Modo
avatar

Site Web : http://westcoastmvp.over-blog.com/
Messages : 127
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Lunatic, Booba (2010)   20.12.10 14:21


Date de Sortie: 22 Novembre 2010
Label: Tallac Records, Because Music

1. Les derniers seront les premiers
2. Caesar Palace( feat P.Diddy)
3. Jimmy deux fois
4. Ma couleur
5. Abracadabra
6. Boss du rap game
7. Killer
8. Lunatic (feat Akon)
9. jour de paye
10. Si tu savais (feat 9.2i)
11. Comme une étoile
12. Paradis
13. 45 scientific (feat Dosseh)
14. Top niveau
15. Reel (feat T-pain)
16. Me-ca (feat Djé)
17. Saddam hauts d'seine
18. Fast life (feat Ryan Leslie)

Mesdames, et Messieurs soyez les bienvenues dans l'arène pour le combat de ce soir. A ma gauche le champion en titre depuis 2002, Elie Yaffa alias Booba, 1m92 pour 95kg. A ma droite, l'industrie de la musique.

« Fuck You, Fuck la France, Fuck Domenech »

Le match tant attendu de cette année qui oppose Booba à la scène du rap français (voir plus largement toute la France) n'avait pas encore débuté que le rappeur de boulbi avait déjà mis en garde ses adversaires qu'il n'aura pas de pitié pour eux. Comme avant ses quatres précédents combats, Booba arrive dans le ring serein avec que deux choses en tête; être le meilleur et ridiculiser les autres rappeurs enfin ceux qu'il considère comme de la concurrence laissant le reste dans leurs cours (Tu crois que j'vais pé-ta alpha [5,20] ?). Nous voilà le 22 novembre 2010, le jour de la sortie du nouvel album de Booba, « Lunatic », le jour du grand combat. Monsieur l'arbitre veuillez sonner la cloche.

« Tu me vois pas, normal je suis dans le futur »

Comme à chaque combats, Booba est en avance sur ses adversaires et sur cet album il continue ce qu'il avait commencé en premier dans le rap français et qui lui avait valu tant de critique négatif: l'auto-tune. Mais ce qui peut être un point faible, Booba lui en fait un point fort. Au lieu de l'utiliser à gogo, lui l'utilise peu de fois et que dans ses refrains, ce qui rend tout de suite le truc plus agréable. Il n'y a qu'un écouté les refrains chanté de « Si Tu Savais », « Ma Couleur » ou encore de « Killer » qui glisse tout seul. Et quand ce n'est pas lui qui l'utilise, c'est les autres à l'image de Mr. Auto-tune j'ai nommé T-Pain (si si) qui reprend avec cœur le refrain de l'hymne de la coupe du monde 2010. 1er round: Booba 1 – 0 les autres.

« Chante l'été, fait du biff. J'suis cigale et fourmis »

Booba n'est plus qu'un simple rappeur à présent mais un vrai businessman « sur les traces de Shawn Carter ». Et comme tout bon businessman qui se respecte, Booba brasse, brasse et brasse encore des billets violets par centaines car c'est comme sa qu'il paye sa voiture à « 500 ch'vaux minimun, 340 à l'essai ». Le titre « Jour de Paye » parle de lui même. Mais là où la concurrence pêche par manque d'originalité sur ce sujet, Booba explose le micro avec de bonne image, je citerais notamment « J'veux le cheese à Mickey Mouse ». Mais lui va encore plus loin, avec toujours cette envie de montrer sa richesse. « En manque d'affection, j'ai fourré des putes à 600 eurs », un rappeur normal aurait dit qu'il se fait des salopes mais lui rajoute bien la somme. Sa peut paraître idiot, mais quand on y réfléchit Booba reflète notre triste réalité où notre seul intérêt est devenu la valeur des choses. Et quand il s'agit de la valeur de la musique des autres, Booba est clair: « Leurs valeurs ne s'achètent pas . Ils n'se rappellent plus de leurs prix ». 2ème round: Booba 2 – 0 les autres.

« Ferme un peu ta gueule, va m'faire un steak-frites »

La relation entre Booba et les femmes restera toujours ambiguë et ce n'est pas avec album qu'il va nous faire mentir. Partagé entre honorer les femmes respectables et descendre les crasseuses voilà le combat de B2o. Alors ne soyez pas surpris si dans une chanson il admet qu'« il doit tout à une femme » et que dans la chanson suivante il veut « offrir un ice-cream pour qu'elle lèches, lèches ». C'est pourquoi vous pourrez l'entendre dire qu'il « baise des putes » sans pourtant baiser « tout ce qui bouge ». Vous l'aurez compris Booba est tiraillé tout le long de l'album entre se laisser séduire par les femmes biens tout en ayant en tête qu'elle ne sont là que pour sont biffs, ses gros muscles. Bipolaire dirait certains, mais d'autre rétorqueront simple réalité actuel où l'image de femme bien et respectable laisse peu à peu la place à une image de la femme manipulatrice attirait par l'odeur de l'argent. 3ème round: Booba 3 – 0 les autres.

« Je ne crains aucun individu marchant sur 2 pattes »

C'est bien connu Booba « se mélange rarement » aux autres, et dans cet album il compte bien se démarquer encore plus de ses haineux qui « ne peuvent rayer que sa Bentley ». Tout au long du cd, il ridiculise la concurrence, l'industrie du rap « qui le fait rire », « le fait rouler par terre », il les « applati tel un panini ». Cette même concurrence qui quand il l'attaque, il « L.O.L. Smiley face ». Sans aucun regret, B2o fait tomber ses ennemis « comme des quilles de bowling ». Lui qui scande qu'il ne parle pas, mais appuie la gâchette transforme ses mots en balles et abat tout c'qui bouge sans réfléchir. Il aime montrer sa supériorité et c'est un des seuls rappeurs français à le faire, parano peut être, fou peut être mais pas au point « do donne son biff au psychiatre/Psy4 ». Qu'on aime ou pas sa façon de penser et de faire, on le remerciera de nous avoir « enfin débarrassé de Pokora, Diam's et Sinik ». 4ème round: Booba 4 – 0 les autres.

« Tu crois que je vais mal, que je n'dors plus. Tu voudrais sécher mes larmes, mais il y bien longtemps que je n'pleure plus... »

Entre gros cul, gros bolide, liasse de billets jusqu'au plafond, et derrière ses gros muscles, Booba dévoile un côté de sa personnalité plus touchantes, plus introspectifs, plus tournée vers une vie dont seul la tristesse est maître. Il nous fait part de ses difficultés qu'il a vécu pendant sa jeunesse où il été « jugé à cause de sa couleur », à cause « d'une patrie qui n'aime pas les n*gros » qui « croyait qu'il ira nulle part ». Pour une fois Booba ne semble plus être Terminator mais un homme qui comme tout le monde « affronte les péripéties, intempérie de la vie ». Booba semble avoir garder la tête haute, n'avoir « pas mis le genou par terre » malgré que même son père était contre lui. La plus belle phrase sera peut être « j'ai couru comme un esclave pour marcher comme un roi » qui résume à elle toute seul sa vie. Booba un colosses aux pieds d'argiles ? En tout cas sa plume n'a jamais autant brillé. 5ème round: Booba 5 – 0 les autres.

« Tu veux t'asseoir sur le trône ? Faudra t'asseoir sur mes genoux. »

En fin de compte, le combat n'aura pas eu lieu tellement que Booba a maîtriser son adversaire. A peine le dong retenti, B2oba enchaîne les punchlines comme des uppercuts, contraints l'adversaire à se replier dans les cordes mais sur ce coup-ci les coups sont trop forts pour ne pas mettre au sol la concurrence et comme si ce n'était pas suffisant une fois au sol, Booba continue à frapper jusqu'à que phalanges saignes. Il y a deux ans, les gens ont souiller le nom, le talent de Booba, l'ont boycotter et voulu le détruire mais cette année, ces même personnes semblent être devenus des groupies avec des records de ventes pour Booba et son nouvel album. On finira par une phrase de Booba: « A quoi sa sert d'avoir vécu, sans avoir vaincu ? ». Question dont Booba ne pourra jamais avoir la réponse car il repart draguer à Miami avec sa ceinture tandis que la concurrence iront à la piscine municipal. L'addition aura quand même été salée pour les autres rappeurs, 'fin je dis sa mais je vise personne en particulier hein.


Production: 17/20
Lyrics: 19/20
Originalité/Homogénéité: 16/20

Global: 18 / 20

Meilleurs Chansons: Ma Couleur, Jour de Paye, Lunatic, Comme une étoile, Paradis, Fast Life

_________________


Dernière édition par WestCoastMVP le 26.12.10 18:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://westcoastmvp.over-blog.com/
KrazRap
Admin


Messages : 178
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: Lunatic, Booba (2010)   20.12.10 18:48

J'ai adoré "Réel", "Abracadabra" et "Top Niveau".
Revenir en haut Aller en bas
Wolf

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 20/11/2010

MessageSujet: Re: Lunatic, Booba (2010)   21.12.10 15:29

Je crois que je n'ai vraiment aimé que "Paradis". C'est pas "0.9" bien sure, mais qu'il est loin le temps de Panthéon ...

Album sans âme, un simple enchaînement de titres. Bien sure, toujours des punchlines, images & métaphores à gogo. Booba si il est le maître dans l'égotrip, il montre ses lacunes dans le story-telling. L'auto-tune, ben ça c'est personnel, j'aime pas. Bref, l'album tourne trop en rond et s'essouffle. Heureusement que le mec lâche de très bonne lignes parce qu'on retient pas son flow ...

Je retient quelques excellentes lignes de "Jour de Paye", les morceaux "Comme une étoile", "Paradis" & "Fast Life". L’enchaînement 9, 10, 11, 12 est sympa.
Je trouve que "Abracadabra","Killer", "Sadam Haut-de-Seine" & "Me-ca" sont lolesque.

Note global : 13/20.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lunatic, Booba (2010)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunatic, Booba (2010)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théâtre du Capitole de Toulouse - saison 2010/2011
» Royal Opera-House 2010-2011
» [Walygator Parc 2010]The Monster, Inverted B&M
» Mahler - Intégrales DG et EMI (parues en 2010)
» Opéra de Toulouse 2009/2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HIP-HOP US & FR & INTERNATIONAL :: HIP-HOP FRANÇAIS :: Textes / Chroniques-
Sauter vers: