HIP-HOP US & FR & INTERNATIONAL


 
AccueilS'enregistrerConnexionMembresGroupesCalendrierPortailFAQ

Partagez | 
 

 Le Rap ou la volonté d'être impliqué

Aller en bas 
AuteurMessage
Taxo49

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/01/2011
Age : 26

MessageSujet: Le Rap ou la volonté d'être impliqué   26.01.11 16:55

Salut à tous! Je me présente, Taxo49 , je suis nouveau sur ce forum et si je m'y suis inscrit, c'est avant tout pour publier cet article. C'est un petit bout d'Histoire sur le Rap que j'ai écrit après la lecture du livre Combat Rap de Fred Hanak et Thomas Blondeau. Voilà donc un petit résumé de l'introduction du bouquin.

Bien qu'ils n'aient pas eu de cours de rhétorique ou de musique, ces gens ont créé leur langue (l'improvisation verbale), leur musique et même leur instrument (la platine). "Ils n'ont rien d'autre que la volonté d'être impliqués" - Max roach, 1983.

Nous sommes dans les années 1980. A peine formé, le Rap était donné pour mort. A cause de sa couleur, de sa brutalité, de son appartenance à un Hip Hop déjà multiple et trop foncé. Mais aussi parce que les jeunes aiment ça. Si aujourd'hui, 30 ans plus tard, ce Hip Hop est toujours là, c'est qu'il est bel et bien vivant, vivace même.Il est arrivé là où il voulait aller, dans son pays natal en tout cas. Ethique pragmatique, politique effrontée et un 9 mm dans le caleçon! Rien à perdre, de toute façon, mais tout à gagner.

Un rêve devenu réalité, le rap occupe les sommet du business culturel. Jay-Z (Shawn Carter, Diddy (Sean Combs), Dr Dre, 50 Cent (Curtis Jakson), Scarface.. Les façades d'empires gigantesques investis dans le Rap et un million d'autres activités dérivées, du cinéma au textile. Bien sûr, ces excursions hors musique ne se font pas toujours pour le meilleur, mais l'occupation de ces terrains se solde aussi par des succès. Schooly D, rappeur de Philadelphie, s'est depuis longtemps incrusté aux génériques du cinéma d'Abel Ferrara (King Of New York...), tandis que la réputation hollywoodienne de Will Smith, qui sortait son premier album en 1987, n'est plus à faire. Personne n'a jamais voulu des rappeurs, mais ils sont finalement partout. Combien de groupes de Rock, comme Linkin Park, possèdent aujourd'hui un DJ? Combien d'artistes Pop, Rock ou même électronique sont produits par des rappeurs? On aime baptiser le rap, "le Punk Noir". Mais en termes d'éthique, le rap n'est pas du punk. Il est le contraire.

Au fond, le rap est l'un des meilleurs élèves du rêve américain. Ces gamins, nés dénués de tout et laissés pour compte dans ces ghettos, ont dû ruser, et ils se sont révélés être les plus débrouillard de cette civilisation musicologique. Le meilleur dans cette discipline, même s'il prend pour référence des guerriers révoltés, objets et symboles excessifs. Le Rap est celui qui cite le Coran et la torah dans le même vers. Là est le paradoxe le plus saillant de toute son histoire : le rap rêve de jouer le jeu, il rêve d'ascension sociale, mais il rêve également d'abattre ce système responsable de sa propre déchéance. Bienvenue dans la rue où est née l'histoire musicale la plus dégueulasse et la plus grandiose de ce XXème siècle.

Mais jusqu'où remonte le Hip Hop? Jusqu'à James Brown? Chacun peut émettre son hypothèse à ce sujet, mais en réalité, le Hip Hop est une montée en puissance, une conjonction d'éléments pris dans un élan qui a entraîné dans son sillage la dance, le graffiti, le deejaying et le Rap. Après la guerre du Viêt-Nam, le président Jimmy carter promettait un nouveau souffle. le pays allait se relever de cette guerre considérée comme une erreur. Mais c'était sans compter sur l'arrivée de Ronald Reagan à la Maison Blanche et le retrait de l'Etat du secteur social. Il s'en accompagne d'une épidémie de ghettos dans tout le pays, les "Kids" choisissent leur camp. "Peace, Love & Unity". A cette époque, le Hip Hop semble être le plus beau mouvement du monde.

Le Hip Hop n'est finalement que le résultat d'un éternel brassage qui dure depuis 30 ans bientôt, auquel se sont ajoutés des ingrédients qui viennent noircir cette mixture. Pourtant, les bases ne sont pas si sombres, mais brillent d'espoir. Le combat continu.


Voilà pour ce petit commentaire, n'hésitez pas à le commenter et le critiquer. J'espère qu'il réveillera votre curiosité, afin que vous lisiez un peu plus de ce livre qui pourra apporter de plus amples détails et interviews de grand rappeurs. Je comprend que ce commentaire soit vague, mais il vous donnera également des pistes pour mieux vous renseigner sur Internet également.


Dernière édition par Taxo49 le 31.01.11 14:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
KrazRap
Admin


Messages : 178
Date d'inscription : 08/04/2010
Age : 31

MessageSujet: Re: Le Rap ou la volonté d'être impliqué   26.01.11 19:19

Merci d'avoir fait partager ça.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rap ou la volonté d'être impliqué
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée Mousse au chapiteau du val benoit ! Bières à volonté !
» Ce soir-là vous êtes pris ! DERNIERE VOLONTE à Paris, 2 mai
» Rue BALAVOINE sur Commande à volonté
» Bannière à volonté.
» "Jimi Hendrix" de Frédéric Martinez : la volonté de casser la légende ?!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HIP-HOP US & FR & INTERNATIONAL :: HIP-HOP :: Le mouvement Hip Hop-
Sauter vers: